Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

gouvernement-malien-modibokeita-ibrahim-boubacar-keita-ibkC’est donc par un arrêté interministériel, aussi impopulaire qu’irréfléchi, que le gouvernement a cru bon de priver de milliers de familles pendant 4 mois de leur seul moyen de subsistance, sans en proposer une alternative sérieuse. Aujourd’hui, dans les localités où l’orpaillage est pratiqué, les populations sont sur les dents. Le risque d’un affrontement avec les forces de sécurité est évident. Les affrontements meurtriers entre gendarmes et orpailleurs les années précédentes, notamment à Kangaba, hantent encore les esprits.

Comment interdire l’orpaillage dans une zone où les familles ne vivent que de cela depuis des décennies ? Comment inciter des populations à «retourner dans les champs», alors que les terres cultivables n’existent plus ? Comment se consacrer à une agriculture appauvrie par manque de volonté politique, où le prix du coton est fixé ailleurs et où l’accès à l’engrais et au matériel agricole deviennent un luxe pour des agriculteurs désœuvrés ? Comment interdire l’orpaillage (fut-il pendant l’hivernage) au moment où on réattribue les sites à des sociétés minières qui appauvrissent les populations ? Aucune de ces problématiques ne semble préoccuper le ministre des Mines, incapable de promouvoir un secteur qui devrait constitue une source de bien-être pour les communautés des localités.

Lorsqu’un Etat est incapable de donner du travail à sa jeunesse (contrainte à l’immigration), incapable de donner les moyens de production à ses agriculteurs, un Etat qui privilégie les multinationales dans les zones aurifères au détriment des intérêts de la communauté des localités…souffrez de cette défiance des populations vis-à-vis du pouvoir public. Vivement des dirigeants soucieux de nos préoccupations.
Tony CAMARA


Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.